Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Groupe de parole des victimes le 6 décembre 2016

18 Novembre 2016

Notre prochain groupe de parole mensuel, animé par nos deux psychologues bénévoles, se déroulera le mardi 6 décembre de 18h à 20h au Carré des Services de St Herblain, Tram ligne 1, arret Romanet. 

 

La réunion est destinée aux personnes victimes du harcèlement moral ou de la violence psychologique dans la vie privée et/ou professionnelle. 

 

Participation 5 Euros. Gratuit pour les adhérents. Adhésion à l'association 30 Euros / an. 

 

L'Association AVHMVP étant reconnue d'intéret général, tous vos dons sont les bienvenus et donnent lieu à une déduction fiscale de 60% sur votre déclaration d'impôts. 

 

Illustration : le Carré des Services de St Herblain.

L'arrêt de tramway Romanet est juste en face.

Durée du trajet en tram depuis Nantes centre ville : 30 mn. 

Le Carré des Services de St Herblain

Lire la suite

NOUVEAU

1 Novembre 2016

L'association la boite à outils.

15 quai Ernest Renaud, 44000 Nantes

courriel : trousse-aoutils@tao.herbesfolles.org

téléphone : 06  05 14 02 87

Les 22 et 23 octobre stage RIPOSTE

Prévention des agression faites aux femmes.

Stages RIPOSTE

samedi et dimanche 14 et 15 janvier de 9h30 à 17h00

Samedi et dimanche 6 et 7 mai de 9h30 à 17h00

07 51 64 95 84 pour les inscriptions

Lire la suite

Les dons

28 Octobre 2016

Merci a toutes les personnes qui nous soutiennent financièrement.

En 2017, nous avons l'ambition pour l'association de nous développer à Angers, Le Mans et Rennes. Nous avons besoin de vos dons, pour aller sur place, recevoir les victimes dans des salles municipales, (salle qu'il faut payer), trouver des psychologues bénévoles...Mais aussi rémunérer le professionnel qui se déplace et qui prend en charge la victime.

Les besoins sont nombreux et les cotisations des adhérents ne suffisent pas.

Nous avons besoin de votre aide.

Vous pouvez déduire vos dons. Nous comptons sur vous.

SB

Lire la suite

Groupe de parole

28 Octobre 2016

18h00 prochain groupe de parole à Saint-Herblain avec nos psychologues

15 rue d'Arras le 08 novembre

Lire la suite

Femmes et pouvoirs

12 Octobre 2016

Samedi 26 novembre de 15h00 à 17h00.

Entrée libre et gratuite.

Au centre culturel du levant à Saint-Herblain.

44 rue de la Blanche à Saint-Herblain

Thématique : femmes et Pouvoirs au fil de l'histoire.

Avec la participation de l'historienne Eliane Viennot.

Lire la suite

LIVRE

21 Septembre 2016

Leila Minano et Julia Pascual deux journalistes indépendantes ont écrit un livre.

"La guerre invisible"

édition Les arénes et Causette.

A lire

Lire la suite

groupe de parole

7 Septembre 2016

prochain groupe de parole le 11 octobre 2016 au carré des services 15 rue d'Arras à Saint-Herblain avec nos psychologues.

Lire la suite

Le parcours du combattant de la victime de harcèlement moral dans le couple et la famille : ACTES DU COLLOQUE de l’Association AVHMVP en juin 2016 (7)

24 Août 2016

Le parcours du combattant de la victime de harcèlement moral dans le couple et la famille : ACTES DU COLLOQUE de l’Association AVHMVP en juin 2016 (7)

Résumé de l’intervention de Sophie Soria-Glo, coach certifié et spécialiste, écrivain, Secrétaire nationale de l’AVHMVP.

Les diverses sortes de harcèlement moral dans la vie privée :

  • Couple : conjoint toxique manipulateur ou « pervers narcissique ».
  • Famille : mère ou père toxiques qui s’acharnent encore sur l’enfant devenu adulte, grands-parents qui réclament le droit de visite sur les petits-enfants pour les maltraiter encore.
  • Post-divorce : avec l’enjeu sur les enfants dont le manipulateur veut obtenir la garde dans le but de ne pas payer la pension alimentaire.

A un moment, la femme victime d’un conjoint toxique et pervers dans le couple a le déclic : elle décide le divorce.

C’est alors un véritable parcours du combattant pour s’en sortir et en voila les raisons :

1- La loi contre le harcèlement dans le couple et ses conséquences sur les enfants, elle existe : loi du 9 juillet 2010.

Mais elle n’est pas appliquée : moins de 100 condamnations de conjoints pervers depuis la promulgation de la loi.

2- De plus il y a la difficulté du mode de preuve : comment prouver que la dégradation de l’état de santé de la victime du harcèlement moral dans le couple n’a pas une autre cause ?

3- Difficile parcours pour être libre :

- Sortir de l’emprise, après avoir été rabaissée, humiliée, dénigrée, critiquée, dans le but de détruire.

Détruire : l’identité de la personne, sa confiance en soi, tout ce qu’elle aime faire.

Donc ne plus croire les mensonges du manipulateur qui harcèle.

Ce n’est pas le manipulateur qui décide : il n’est pas DIEU tout-puissant !

4- Comprendre la personnalité du pervers manipulateur ou « pervers narcissique ».

Comprendre ses mobiles, ses motivations, pour pouvoir les décrire à la Justice de façon audible par un magistrat qui n’est pas formé à la détection du harcèlement moral et des personnalités toxiques.

5- Décider de sortir de l’emprise et ceci de façon concrète. Il s’agit de mettre à distance le manipulateur pervers sur tous les plans :

  • physique : ne plus le revoir.
  • mental : ne plus le croire quand il critique, reproche, dénigre, accuse...
  • matériel : ne plus dépendre de lui pour l’argent, limiter au maximum ou supprimer les contacts par téléphone, mails, sms…

Avoir une stratégie pour le démasquer : c’est la tâche du coach opérationnel avec objectifs et résultats.

Autrement, c’est le parcours du combattant pendant des années, avec des frais d’avocat énormes pour la victime.

6- Parce que le pervers narcissique se venge sur les enfants lors du divorce ou de la séparation. Il pratique un harcèlement judiciaire par procédures abusives pour obtenir la garde des enfants et exclure la mère / femme de leur vie.

Les magistrats ne comprennent pas ce mécanisme, ni les experts psys des tribunaux, ni les éducateurs sociaux, ni la police et les gendarmes qui ne prennent que très peu les plaintes etc.

Divorcer d’un manipulateur est un travail à plein temps.

Il faut se prémunir et se protéger dès le début parce que quand le dossier est « enlisé », il est souvent trop tard.

C’est très difficile de remonter la pente et de convaincre la Justice de la famille que vous n’êtes pas une folle malhonnête, dangereuse et toxique vous-même.

Car le manipulateur a « diabolisé » la victime en lui attribuant toutes les fautes, les défauts et les transgressions qu’il commet lui-même.

C’est pourtant possible de s’en sortir en remettant tout le dossier à plat et en refaisant l’historique de l’affaire, lors d’un Appel en Justice par exemple.

Il faudra alors apporter les preuves des violences et du harcèlement moral, ceci dans le but de protéger les enfants.

Parmi les erreurs stratégiques à ne pas commettre : sous-estimer la capacité de nuisance du pervers manipulateur qui sait comment faire pour instrumentaliser la Justice à son profit.

C’est pourquoi il est important pour la femme victime d’obtenir un soutien moral et un œil extérieur par un coach formé et spécialiste qui l’entraine comme le fait un sportif avant un match, un tournoi ou les Jeux Olympiques.

Il faut avoir non seulement une stratégie mais aussi une résistance mentale comme dans le jeu télévisé KOH LANTA où ce n’est pas toujours le plus costaud en muscles qui gagne.

La femme victime doit acquérir une attitude de vainqueur comme les sportifs de haut niveau et se jeter à corps perdu dans la bataille sans commettre les erreurs de stratégie qui lui seront fatales ainsi qu'à ses enfants.

Toutes les méthodes pour se défendre sont expliquées dans le livre de Sophie Soria-Glo sur le harcèlement moral dont la parution a lieu fin juin 2016.

Ouvrage en vente chez l’Auteur en lui envoyant un mail à coachingethique@gmail.com

Lire la suite

Harcèlement et santé par le Dr Armessen : ACTES DU COLLOQUE AVHMVP JUIN 2016 (6)

23 Août 2016

Harcèlement et santé par le Dr Armessen : ACTES DU COLLOQUE AVHMVP JUIN 2016 (6)

Harcèlement et santé

Par le Dr Catherine ARMESSEN, médecin généraliste et romancière

http://www.catherine-armessen.fr/

Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Les mots clés de cette définition sont violence et répétition

Le harcèlement doit être envisagé comme doublement destructeur puisqu’il atteint la structure psychique de la victime mais aussi sa santé physique.

Les conséquences du harcèlement sur le psychisme.

Globalement, nous élaborons notre force mentale à partir de trois paramètres :

L’amour de soi est en lien avec l’amour que nous avons reçu dans notre enfance. Dans les pires moments de notre vie, c’est lui qui nous empêche de nous autodétruire.

L’estime de soi est étroitement corrélée à l’éducation que nous avons reçue. Elle permet notamment de ne pas confondre un échec avec un drame, de ne pas nous dévaloriser quand nous ne parvenons pas à nos objectifs.

La confiance en soi se gagne ou se perd au fil de notre vie en fonction de nos expériences ainsi que du regard que les autres nous portent et nous devons rester conscients que nous sommes faits pour vivre en groupe et que nous construisons notre identité en fonction de notre environnement

Quand une personne malveillante nous insulte une fois, nous réagissons : nous nous protégeons.

Quand les insultes sont répétées, elles entament notre confiance en soi puis notre estime de soi. Un manipulateur parvient par ses stratégies à détruire ces deux atouts en un an.

Reste l’amour de soi, le plus difficile à atteindre, celui qui nous protège de l’autodestruction, nous empêche de sauter sous le train, de nous saborder socialement, etc. C’est un bien précieux, notre noyau dur…ou tendre selon les personnes.

Ainsi la personne violente boxe notre mental, nous fait douter de nos capacités, jusqu’à nous enfermer dans une prison psychique de laquelle certains ne parviennent pas à s’échapper.

Les conséquences du harcèlement sur notre santé physique

La violence a une connotation mortifère puisqu’elle vise à causer des dommages, donc à briser, voire tuer.

La répétition d’actes violents crée chez l’individu un stress chronique tout à fait préjudiciable pour sa santé.

Les Canadiens sont les pionniers de la recherche concernant la relation entre stress et troubles de la santé.

Que se passe-t-il dans l’organisme en situation de stress ?

Le stress est une réponse normale d’adaptation de l’organisme à une contrainte ou une agression.

Imaginons que nous sommes face à un cambrioleur

Il y a tout d’abord une phase d’alarme au stress : notre organisme, grâce aux glandes surrénales, libère de l’adrénaline. : notre cœur s’emballe, notre tension artérielle s’élève, etc…

Ensuite il y a une phase de résistance au stress : l’organisme libère d’autres substances :

du cortisol

mais aussi des substances nous permettant de réguler notre stress :

de la dopamine qui est l’hormone du plaisir

des endorphines qui sont des hormones du bien-être

de la sérotonine qui est une hormone de l’apaisement et du sommeil

ainsi, une fois la situation de stress contrôlée, nous nous détendons mais quand la situation de stress dure longtemps ou se répète fréquemment, l’organisme connaît une troisième phase dite d’épuisement.

Les hormones produites pour gérer la situation de stress sont produites quasi continuellement.

L’organisme épuise ses réserves :

Notamment d’endorphines, d’où un mal-être qui devient chronique.

Et de sérotonine, avec de graves troubles du sommeil et de l’humeur.

Le stress chronique est responsable de troubles de la santé.

Douleur chronique, insomnie,

Les perturbations notamment de la sécrétion de cortisol pourrait être responsables de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de cancer

Pour ce que j’observe en tant que médecin, j’assimile le harceleur à un malade mental qu’il faudrait soigner si l’on veut arrêter le processus de destruction mais aussi à un criminel responsable d’un double délit car il s’attaque au corps et à l’esprit.

Quant à la victime, on doit l’envisager comme une personne malade. Au-delà des symptômes, au-delà des maladies, il y a une personne victime d’un stress chronique qui l’empêche de réagir. C’est un élément clé à ne pas méconnaitre dans l’aide que nous apportons à celles et ceux qui nous déroutent par leur attitude incompréhensible.

La femme qui reprend la vie conjugale avec un époux violent n’est pas masochiste.

L’homme qui se laisse humilier par une épouse manipulatrice n’est pas un lâche.

Ce sont l’un et l’autre des personnes MALADES dont le comportement est altéré par une mécanique implacable, identique à celle de la coercition sectaire.

Ce sont …des marionnettes.

Mais Pinocchio n’est qu’un conte, dans la vraie vie, les personnes malades de la violence que nous rencontrons ne connaissent pas de fées et leur baleine n’est pas paisible. Ils doivent faire face à une montagne de problèmes qui s’intriquent et paraissent insurmontables. La première étape de leur ascension vers le sommet de la quiétude est de se pardonner de s’être fait avoir. Là commencera le processus de résilience qui leur permettra de démystifier leur agresseur et de reprendre le courant de leur vie. Aidons-les.

Son nouveau livre : "Tu me reviendras"
Catherine Armessen

Qui est le diabolique inconnu qui traque le docteur Nathalie Berg ? Pourquoi lui en veut-il au point de manoeuvrer pour l’isoler de ses proches ? L’inconnu est intelligent et imaginatif. il excelle à se faufiler dans la vie de sa proie par tous les moyens : photos, réseaux sociaux, envoi d’objets macabres. nathalie cherche à comprendre. La clé de l’énigme doit être enfouie dans son passé. Hélas, sa mémoire se dérobe comme un mauvais cheval. Catherine Armessen entraîne son lecteur dans un récit chargé de suspense et lui fait rencontrer au fil des pages des personnages attachants comme Garance, l’adolescente excentrique et hypersensible, Vladimir, le séduisant auteur de polars ou encore Jeanne, mystérieuse et inquiétante.

L'auteur
Catherine Armessen est médecin.
Elle a reçu le prix Littré en 2008 pour « Manipulation ». « Tu me reviendras » est son huitième roman. Fidèle à sa région, l’auteur a campé l’intrigue dans les environs de Fontainebleau.

Prix public 20 euros 250 pages Format 13X21 à la française
ISBN 979-1091739-78-8

Lire la suite

Intervention d'Isabelle Constant, psychologue du Travail : ACTES DU COLLOQUE AVHMVP JUIN 2016 (5)

23 Août 2016

Intervention d'Isabelle Constant, psychologue du Travail : ACTES DU COLLOQUE AVHMVP JUIN 2016 (5)

Approche psychosociale du harcèlement moral au travail

Par Isabelle Constant, psychologue du travail

http://isabelleconstantpsychologuedutravail.e-monsite.com/

Bénévole de l'association, elle anime les groupes de ^parole dediés aux victimes à NANTES.

Psychosociale signifie à la confluence du psychologique et du social d’une personne dans son environnement ici l’organisation du travail.

La raison du plus fort est-elle toujours la meilleure ?

Le harcèlement moral au travail, c’est quoi ?

Pour la loi c’est un délit

Pour la loi (Article L.1152-1 du Code du travail né de la loi du 17 janvier 2002)

« Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. »

Pour moi

Agissements répétés qui déstabilisent une personne et/ou portent atteinte à son intégrité physique, psychique et/ou nuisent à sa relation au travail

Pratique individuelle ou collective

Pour la personne harcelée

Une tragédie qui se joue

sur plusieurs registres

  1. Empêcher la victime de s’exprimer

En l’interrompant en permanence, en l’ignorant la personne ou en l’isolant physiquement en lui donnant un bureau inaccessible

  1. Déconsidérer la victime auprès de ses collègues

En lançant des rumeurs à son sujet, en la ridiculisant en public, en contestant toutes ses décisions, voire en la qualifiant de malade mentale

  1. Discréditer la victime dans son travail

En ne lui confiant plus de travail, en l’obligeant à effectuer des tâches inutiles, en lui confiant des missions très inférieures à ses compétences ou inversement

en plusieurs actes

  1. au commencement, rien de grave
  2. puis, ça se complique
  3. vient ensuite le temps du basculement où la déstabilisation s’intensifie et où la personne harcelée finit par se sentir en faute

Conséquences sur la personne harcelée sur plusieurs champs physique, psychique, sociale et professionnelle : mauvais sommeil, épuisement, addiction, état de stress en permanence, perte de confiance en soi, isolement, difficulté de concentration…

Pourquoi est-ce qu’on en arrive là ?

Les croyances ont la dent dure

  • Si on pense que pour être légitime il faut faire peur ou pour être reconnu au travail il faut être parfait ou être le meilleur ou qu’au travail il faut souffrir

Ces croyances peuvent être toxiques.

Imaginons que pour moi, au travail je dois être parfaite et que le dernier rapport que j’ai écrit est moins précis que d’habitude.

Imaginons que cela fait plusieurs mois que je ne reçois plus tous les documents et informations nécessaires à sa rédaction, que je ne suis plus conviée aux réunions pour lesquelles on me demande de continuer à rédiger ledit rapport et qu’on me confie de nouveaux dossiers augmentant ma charge de travail sans tenir compte de celle que j’ai déjà et qui remplit toutes mes plages horaires.

Il est normal qu’il soit moins parfait, même en venant plus tôt, même en finissant plus tard, même en amenant du travail à la maison ce qui me rend moins disponible pour ma famille, mes amis et mes loisirs.

Au début, je ne suis pas réellement consciente de ce qui se passe. Je suis sûre et croit y arriver. Mais je me fatigue, m’épuise et finis par ne plus avoir de recul sur la situation de travail que je vis. Je finis aussi par culpabiliser et perdre confiance en mes capacités professionnelles…

De plus, la personne harcelée peut être peu soutenue

Pour quelles raisons ?

  • La peur : les témoins peuvent avoir peur qu’intervenir se retourne contre eux
  • Le silence de la personne harcelée : si elle ne demande pas d’aide, c’est qu’elle a sûrement quelque chose à se reprocher
    • Il s’agit de l’illustration d’un monde qui serait juste (Lerner) dans lequel chacun reçoit ce qu’il mérite et mérite ce qu’il reçoit. Schématiquement : un monde imaginaire auquel croit le collectif
  • Le changement de comportement de la personne harcelée : la situation s’aggravant, elle est soit de plus en plus irritable, soit de plus en plus hermétique et/ou encore fait moins bien son travail… Ce qui donne du grain à moudre pour le harceleur : la boucle est bouclée
  • Or pour chacun de nous, il est important qu’acte et opinion s’accordent. Il est aussi plus honorable que nos actes et opinions s’accordent parce que chacun reçoit ce qu’il mérite que parce que nous avons peur. Il s’agit d’une stratégie de défense cognitive généralement non consciente. C’est ainsi que les témoins rationnalisent et conservent une congruence cognitive : l’acte de ne pas venir en aide ou défendre la personne harcelée est conforme à l’idée que chacun mérite ce qu’il reçoit : la « preuve », la personne harcelée s’énerve facilement, a fait une erreur, s’enferme dans son bureau et on ne peut même plus lui parler…

On en arrive là aussi dans certains contextes liés à l’organisation du travail

Derrière la plainte de harcèlement, on retrouve très souvent :

  • L’insécurité de l’emploi
    • Embauche pour une courte durée
    • Réorganisations d’entreprises avec « plans sociaux » de licenciements à éviter
    • Délocalisations géographiques
  • Les réorganisations de tâches, restructurations d’équipes de travail
  • Un environnement psychosocial stressant : une forte contrainte temporelle, une faible autonomie au travail, de mauvaises relations
  • Des contacts avec des clients ou du public
    • des professions sont susceptibles d’être concernées par cette situation : policiers, infirmiers, guichetiers…
  • Un environnement physique de travail pathogène comme la présence de fortes nuisances thermiques, sonores, le risque de chute…
  • La monotonie au travail

On peut donc agir

Sur les causes

On peut aussi

  • Vérifier que l’organisation ne génère pas de conflits d’intérêts ou de demandes contradictoires
  • Inscrire une procédure d’intervention visible et connue de tous au document unique des risques professionnels
    • Ce document est un document obligatoire qui regroupe tous les risques professionnels qu’ils soient physiques ou psychiques
  • Sensibiliser des acteurs de la santé (RH, CHSCT,…) au harcèlement moral
  • Former à la gestion de conflits
  • Avoir une équipe d’intervenants externes pour garantir dans certain contexte une neutralité
  • Ouvrir des espaces de discussion sur le travail

Soit même, chacun peut être en vigilance sur ses croyances (par exemple, c’est quoi être parfait au travail dans le poste que j’occupe, dans les activités liées à ma fiche de poste, ai-je les moyens nécessaires à la réalisation des tâches confiées…), savoir s’entourer, veiller au comportement de ses collègues (mon collègue a les traits tirés, son humeur a changé, il reste plus longtemps le soir, il fait des erreurs qu’il ne faisait pas avant…) et lui faire savoir qu’il a un soutien (lui dire bonjour, l’inviter à déjeuner, lui propose de l’aide…).

Pour conclure

La raison du plus fort est la meilleure si cette raison du plus fort est celle de l’intelligence collective et de la responsabilité individuelle et que cette raison est au service du mieux vivre ensemble au travail.

Bibliographie

CHAPERON AF, LITZER B., ALOUF ME, Harcèlement moral au travail, « Comprendre et se défendre », Odile Jacob, 2014

Sous la direction de DEJOURS C., Conjurer la violence, « Travail, violence et santé », Petite Bibliothèque Payot, 2012

DEJOURS C., GERNET I., Psychopathologie du travail, Les âges de la vie, 2013

DE VIGAN D., les Heures souterraines, Le Livre de Poche, 2011

POIROT M., Les situations difficiles au travail, Elsevier-Masson, 2013

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>